Vues : 53

Le Trésor de la collégiale Sainte-Waudru conserve une relique de saint Donat enchâssée dans un buste reliquaire du XVIIIe (bois doré, métal doré, verre. H. : 93 cm -105 cm avec le socle).

Saint Donat, la tête tournée vers sa gauche, est représenté en buste, barbu et moustachu, vêtu d’une tunique à l’antique et d’un manteau drapé agrafé sur l’épaule droite. Il porte un casque à la coiffe ceinte d’une couronne de laurier et au cimier constitué d’une volute végétale. Des feuilles d’acanthe en volute d’un côté et une tête ailée d’angelot joufflu de l’autre en constituent la base.

La relique est enchâssée dans la poitrine.  Il s’agit d’un os attaché par un ruban bleu sur un fond de tissu rouge aux broderies d’or. La glace protectrice, en partie cassée, de la relique est maintenue par une applique métallique dont la partie inférieure (une feuille d’acanthe selon une photo de l’IRPA prise en 1942) manque.

Le reliquaire provient de la collégiale Saint-Germain, siège d’une confrérie de Saint-Donat transférée en la collégiale Sainte-Waudru au début du XIXe siècle. Autrefois, on faisait toucher la relique par des images, représentant le saint, qui protégeaient contre les tempêtes et les orages :

« Pour rassurer les peuples qui s’effraient dans les temps orageux, & les mettre à couvert des dangers dont ils menacent, on se fait un devoir de les avertir qu’une portion considérable du Corps du glorieux Martyr S. Donat, réside dans l’Église Collégiale & Paroissiale de S. Germain, à Mons, en Hainaut ; on pourra y avoir recours pour en tirer les instruments de piété qui auront touché la relique dudit Saint ».

Une autre paroisse montoise (Sainte-Élisabeth) possède également un buste-reliquaire (XIXe/XXe siècle) de saint Donat très certainement inspiré par celui conservé à Sainte-Waudru… mais en terre cuite argentée et dorée.

Le buste, propriété de la Fabrique de Sainte-Élisabeth et désormais déposé au Trésor de la collégiale, comparé à celui de Sainte-Waudru, est en partie inversé au niveau de l’angelot et de la volute d’acanthe de la base ainsi qu’à celui de l’agrafe du manteau. Les manches de la tunique, le casque et le drapé du manteau y sont moins travaillés.

Une confrérie dédiée à saint Donat avait ainsi son siège en l’église Sainte-Elisabeth. Le Pape Benoît XIV en avait approuvé la création en 1752.

Un livret de 44 pages, intitulé (avec l’orthographe d’époque) « Confrérie de S. DONAT martir canoniquement érigée en l’Eglise Paroissiale de Sainte Elizabeth à Mons en Hainaut Diocèse de Cambray », réalisé par l’imprimerie JEVENOIS, Grand-Place 15, nous renseigne sur la confrérie de Saint-Donat en Sainte-Elisabeth :

« I   La fin de cette Confrérie est … dans les Prières publiques … de nous préserver de la foudre et de la tempête, de tout mal, et d’une mort subite, comme aussi de pouvoir surmonter la trop grande crainte ou frayeur que beaucoup de personnes ressentent aux approches des orages et au bruit du tonnerre …

II   Comme c’est ici un don de Dieu qu’on a reçu gratuitement [il est probablement ici question des reliques de saint Donat reçues gratuitement grâce aux religieuses de la Visitation de Vienne], on reçoit aussi gratuitement dans cette Confrérie toutes sortes de personnes …

 

III   Quoique cette louable Confrérie n’impose aucune charge ni aucune obligation, mais laisse la liberté à chacun de s’en acquitter selon sa dévotion, elle renferme cependant un riche trésor des grâces, d’Indulgences, et des biens spirituels que les Confrères et Consœurs se peuvent communiquer priant les uns pour les autres.

IV   On gagne Indulgence plénière [octroyée par le pape Benoît XIV le 18 juillet 1752] en se confessant et communiant et priant … à l’article de la mort, … au jour de la fête de la principale de Saint Donat … qui est le premier Dimanche de juillet. Aux premiers Dimanches de Janvier, de Mai, d’Août et au quatrième Dimanche de Septembre, sept ans d’Indulgence et autant de quarantaine.  L’autel de cette Confrérie, dédié à saint Donat … , est privilégié pour tous les Mardis de l’année et pendant l’octave des Trépassés, pour tous les Confrères et Consœurs …

V   Le curé de Sainte-Elisabeth, sous l’autorité de Monseigneur l’Archevêque de Cambray, sera toujours Directeur et surintendant de la susdite Confrérie, tant pour le spirituel que pour le temporel.  Il sera accompagné de quatre grands Maîtres, de quatre Quêteurs ou Mambourgs, de quatre Assesseurs, d’un Caissier ou Trésorier et d’un Secrétaire ; lesquels auront la direction de ladite Confrérie, tant pour les comptes que pour toutes les affaires ordinaires pendant le temps de leur régie qui pourra être de trois ans, et après lesquels on pourra en substituer d’autres ».

La confrérie était donc mixte, d’accès gratuit, et sous la responsabilité directe du curé de Sainte-Elisabeth.

Une oraison à saint Donat avait été imprimée en même temps que le livret.  L’image qui surmonte le texte est la même que celle qui figure dans le livret. 

Dans cette oraison, saint Donat est invoqué non seulement pour préserver du tonnerre, de la foudre, des tempêtes mais également pour éviter la grêle, les gelées, la chaleur nuisible, la sécheresse excessive.  Bref, il lui est demandé une protection générale des personnes, maisons, champs, vignes et forêts.

Le dessin de l’oraison servira de modèle (mais avec un décor légèrement plus chargé en ce qui concerne les éclairs entourant saint Donat) pour l’image mise au contact de la relique et distribuée en guise de protection.  Le texte du billet mis au contact des reliques précise :

« Saint Donat Martyr, Priez pour nous, afin que nous soyons garantis de la Foudre, des Orages et des Tempêtes.

Ce billet a touché aux Reliques de St DONAT, reposantes dans l’Eglise de Ste Elisabeth à Mons, où se trouve une Confrérie Canoniquement érigée en son honneur ».

Espérons, pour terminer, qu’il ne faudra pas faire appel à saint Donat pour que la Procession du dimanche 12 juin 2022 puisse sortir sans être perturbée …  par la météo 😉 ! 

 

Benoît VAN CAENEGEM

Conservateur de la Collégiale Sainte-Waudru

et de son Trésor