Vues : 56

La collégiale montoise édifiée de 1450 à 1621 est dédiée à sainte Waudru. Née au VIIe (vers 620-625), Waudru avait une sœur Aldegonde, « fondatrice » du chapitre de Maubeuge.

Dans l’actuelle collégiale Sainte-Waudru, Aldegonde n’est que très peu représentée

Ainsi, elle apparait dans un tableau sur bois de 1577 figurant « LE PARENTAGE STE WAULDRUD COMTESE DE HAINAULT ».  Elle figure, vêtue en abbesse et portant la crosse, parmi d’autres familiers (au sens large) de Waudru. A défaut de l’habituelle colombe portant son voile au-dessus de la tête, un texte permet d’aisément l’identifier : « Saincte Auldegond abbesse de Maulboeug en haynault et y ensevelie, fille de Waubert sœur a S Wauldrud ».

Dans la chapelle 17 de la collégiale, c’est une verrière de 1897 que l’on peut découvrir une représentation d’Aldegonde où, à hauteur de l’évêque Aubert, elle est représentée en abbesse, tenant la crosse et sous la colombe lui apportant le voile.

Dans la même chapelle, sur le revers d’un des volets du retable dédié à son beau-frère saint Vincent de Soignies, Aldegonde est également présente.  Elle y apparait en abbesses avec livre et crosse. Une colombe soutient son voile et une inscription l’identifie sur son auréole « SANCTA ALDEGUNDIS ».

Une chapelle de la Collégiale lui est toujours dédiée.  Cette chapelle est fermée par les verrières les plus récentes de la Collégiale (1934). Elles montrent, de gauche à droite et dans un style proche de l’art-déco : Aldegonde franchissant à pied la Sambre, Aldegonde recevant le voile, la mort de sainte Aldegonde.

Jusqu’en 1980, le tableau d’autel, datant de 1769, représentait la mort de sainte Aldegonde.  La composition de ce tableau avait peut-être en partie inspiré le dessin de la troisième scène du vitrail qui en est une copie « très libre ».

Enfin, une statue de 1879 représente Aldegonde en fondatrice dans la chapelle dédiée à sainte Aye, qui selon la tradition succéda à Waudru à la tête de la communauté initiée à Mons au VIIe.

Quant au Trésor, il ne conserve en permanence qu’une seule représentation de la sœur de Waudru, une peinture de 1658 intitulé selon Devillers (qui a peut-être encore réussi à lire le texte complet aujourd’hui en partie effacé) « UN ERMITE VIVANT SAINCTEMENT ES BOIS DE BROCQUEROYE L’AN 1096 [la date encore lisible sur le tableau est 1106] VOID AU CIEL SAINTE WAUDRU ET SAINTE ALDEGONDE DEMANDER JUSTICE A DIEU PAR LA VIERGE, CONTRE THIERRY D’AVESNES, LEQUEL APRÈS AVOIR BRUSLÉ LEURS MONASTÈRES, FUT OCCIS DANS LE BOIS DE MORMAL ». Aldegonde, représentée en face de Waudru, y est très facilement identifiable grâce à la colombe qui soutient son voile au-dessus de sa tête.

Les armoires de la sacristie conservent encore une chape et une dalmatique (fin XIXe / début XXe) sur lesquelles se trouvent deux représentations d’Aldegonde. Ces deux ornements sont parfois exposés au Trésor.

Il n’y a donc en accès « direct » que très peu de représentations d’Aldegonde dans la collégiale dédiée à sa sœur mais si vous y passez le 30 janvier, jour de la fête de sainte Aldegonde, consacrez quelques minutes à une sainte qui, comme c’est toujours le cas au XXIe pour Waudru, dans l’Ancien Régime, disposait de son Car d’Or, aujourd’hui conservé au Musée municipal de Cambrai

 

Benoît VAN CAENEGEM

Conservateur de la Collégiale Sainte-Waudru

et de son Trésor